Bienvenue sur Parcours Géographie, Espaces et Sociétés

Bienvenue à tous, lectrices et lecteurs de ce blog, présentant une formation de niveau Licence singulière et innovante dans le paysage universitaire français. Cette formation n’est autre que la licence de géographie mention Géographie, Espaces et Sociétés (GES) se déroulant à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de Grenoble.

En ces temps de changements et de transitions, il paraît important en sciences sociales de pouvoir porter un regard critique sur ce que nous pouvons considérer comme naturel ou acquis, et c’est cet objectif qui est au cœur des enseignements dispensés au cours de la Licence. La géographie permet en tant que science de questionner notre rapport au monde et en retour les structures des sociétés humaines.

La facilité de la géographie à dialoguer avec les autres disciplines des sciences humaines et sociales est une grande force, et cette ouverture est particulièrement développé dans le parcours GES.

Les étudiant.e.s ont de multiples occasions de découvrir et d’explorer d’innombrable sources de connaissances sans être limités à la géographie. Nous espérons ainsi que les travaux présentés sur ce blog rendent justice à la diversité disciplinaire encouragée et cultivée par le corps enseignant. 

Si, ne serait-ce qu’un esprit curieux, se trouve intéressé par les publications de ce site, nous estimerons que notre travail aura atteint son objectif.

Nous sommes honorés d’avoir mis en place la première édition de ce blog et nous espérons qu’il permettra de faire connaitre le travail des enseignant.e.s et des étudiant.e.s du parcours GES, et de participer modestement à l’animation de la vie universitaire et étudiante.

Nous vous souhaitons une agréable visite de ce blog.

Géographiquement vôtre,

L’équipe de rédaction

Nourrissez-vous des autres !

Pour une meilleure intégration des étudiants étrangers par le repas et l’alimentation.

 

Etudiantes en géographie à l’Université de Grenoble, nous avons, ces trois dernières années, eu l’occasion de rencontrer un certain nombre d’étudiants étrangers, de partager des cours avec eux, de travailler sur des projets communs ou tout du moins de les croiser dans les couloirs. Jusqu’à cet hiver, aucune de ces opportunités n’avaient débouché sur une relation ni sur une amitié. Notre rencontre avec Miranda, étudiante londonienne, nous a véritablement poussé à repenser les relations entre étudiants locaux et internationaux, à questionner le sens du terme « intégration » et à réfléchir sur les leviers à mettre en œuvre afin de rendre ces mélanges culturels enrichissants pour tous. Dans le même temps, nous avons commencé à travailler dans le cadre de l’UE Recherche-Action-Participative sur le thème de l’alimentation. Très rapidement, nous avons décidé de lier ces deux thèmes de recherche. Nous avions deux postulats de départ : le premier était que les situations de migration, qu’elles qu’en soient la durée, comportent des enjeux alimentaires. Les étudiants étrangers qui arrivent en France témoignent d’une difficulté à retrouver « ailleurs » les saveurs de « chez-soi ». Le second postulat partait d’une conviction plus intime, qui est que le repas, et même l’apéritif, peuvent être des leviers de rencontre, d’intégration, et de mélange des cultures. Sources de partage, les repas font partie intégrante du bagage culturel des individus, nous avons donc décidé de tenter de lier des relations avec des étudiants internationaux, tout simplement en les invitant à dîner.

Continuer la lecture de « Nourrissez-vous des autres ! »

Lettre de Manon Duperret sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois”

Riz de Camargue : quid de son authenticité ?

 

    Grenoble, novembre 2018

         Chère future moi,

J’espère que tu vas bien. Si tu me lis, cela signifie que tu viens de tomber sur une de ces si nombreuses lettres écrites à moi-même et dissimulées un peu partout avec l’idée de les relire un jour quand je serai grande. Je te prie d’être indulgente, mon style n’est sûrement pas encore tout à fait au point (j’espère que tu t’es améliorée avec le temps) et peut-être que le fond contient quelques imprécisions car cette fois-ci, j’aborde un sujet sérieux. Je te rappelle le contexte (car peut-être que ta mémoire te joue des tours) – ma troisième année de géographie à l’Université me plaît beaucoup car même si les cours ne m’enchantent pas tous, je découvre enfin tout un champ de la discipline qui me stimule intellectuellement et élargit mes réflexions. Je m’adresse donc à toi en espérant que tu n’as rien perdu de la curiosité ni de l’indignation de nos vingt ans et que toujours tu continues à creuser ces sujets et à remettre en question les vérités toutes faites et les grands récits.

Cette lettre, c’est le Vietnam qui me l’inspire.

Premièrement, tu t’en doutes, car mon voyage en Asie du Sud-Est l’été dernier (en 2017, ndlr) m’a profondément marquée. Les paysages, les odeurs, le bruit, le sourire des gens et bien sûr la nourriture ont rempli mes cinq sens pendant ces trois mois, et chaque jour depuis mon retour je rêve de repartir. Il est pourtant étonnant que mon passage au Vietnam me laisse un souvenir si contrasté, issu d’un mélange d’exaltation, de découvertes passionnantes et, dans le même temps, d’un malaise inexpliqué, du sentiment de passer à côté de quelque chose. Mais de quoi ? Pendant plusieurs mois, impossible de mettre un mot sur cette sensation. C’est seulement récemment qu’un début de réponse s’est offert à moi.

La première fois c’était en septembre, lorsque maman m’a proposé (est-ce toujours un synonyme d’obliger dans sa bouche ?) de l’accompagner voir cette pièce de théâtre, Saigon, mise en scène par Caroline Guiela Nguyen, au théâtre de la Croix-Rousse. Tu me connais, l’idée de passer mon samedi soir devant une pièce de théâtre de 3h30, interprétée en français et en vietnamien ne m’enchantait pas. Et pourtant, la pièce m’a transportée. Je te rappelle brièvement l’histoire car je suppose que tu as le malheur de ne pas t’en souvenir : lorsque le rideau se lève, nous sommes devant la réplique hyper réaliste d’un restaurant vietnamien. Le décor ne changera pas trois heures durant. Ce restaurant est le théâtre d’un impressionnant voyage dans le temps (entre 1956 et 1996), et dans l’espace (entre Saigon et Paris). Les acteurs français, vietnamiens, franco-vietnamiens y défilent et nous font vivre 40 ans d’histoire entremêlée, à travers les thématiques de l’exil, de l’identité et de la séparation, du départ des Français de Saigon à la réouverture des frontières du Vietnam. La pièce se conclut sur cette jolie phrase prononcée par Marie-Antoinette, la serveuse du restaurant : « C’est ainsi que se racontent les histoires au Vietnam : avec beaucoup de larmes ». Effectivement, j’ai beaucoup pleuré en écoutant parler ces gens. Plus tard, en y repensant, j’ai été frappé par l’étendu de mon ignorance quant au passé colonial de mon pays, et par extension, à nos liens avec le Vietnam. Qu’à cela ne tienne, mon intérêt était piqué.

Continuer la lecture de « Lettre de Manon Duperret sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois” »

Lettres de Maxence Monteux sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois”

Grenoble, le 20 Novembre 2018

        Chère Maman,

Je t’écris une lettre aujourd’hui car je n’ai pas l’occasion de te voir souvent et pourtant je sais que tu t’intéresses à mes études et que tu aimes quand je t’en parle. Alors voilà, cette lettre me permet de le faire et de te parler d’un sujet que l’on a étudié en géographie culturelle. Tu verras, je suis pratiquement sûr que tu ne t’attends pas à ce que je vais te dire. Je vais te parler de la région camarguaise et du mythe qui s’est construit autour de son identité. Si je te parle de la Camargue, à quoi penses-tu ? Si tu es comme moi tu penseras probablement aux marais, à « Crin-Blanc », aux taureaux noirs, au sel et probablement au riz ? Tu as un paysage précis en tête n’est-ce pas ? Et bien c’est de la déconstruction de cette représentation dont je vais te parler. Sais-tu que notre bon riz Camarguais n’a rien d’une fierté culturelle Camarguaise ? Bon je n’en dis pas plus pour l’instant. Lis toute ma lettre et tu comprendras. Continuer la lecture de « Lettres de Maxence Monteux sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois” »

Exercice de lecture : “L’arrangement des sexes” d’Erving Goffman.

 

          Au sein de l’atelier « théories des sciences sociales », nous avons eu l’occasion d’étudier l’une des œuvres du sociologue Erving Goffman, L’arrangement des sexes. La lecture de cette œuvre à occasionner des exercices de lecture dont celui de l’expérimentateur. L’objectif de cet exercice est d’optimiser la compréhension d’une œuvre en essayant d’inscrire des passages du textes dans des situations que l’on observe. Cette article présente ainsi 3 travaux d’étudiants qui tentent d’expliquer des passages du chapitre 5 de L’arrangement des sexes. Continuer la lecture de « Exercice de lecture : “L’arrangement des sexes” d’Erving Goffman. »

Géographie, espaces et sociétés

Le parcours “Géographie, Espaces et Sociétés” fait partie de la Licence Géographie et Aménagement de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de l’Université Grenoble-Alpes.

Ce parcours de géographie humaine se caractérise par une ouverture pluridisciplinaire marquée vers les sciences humaines et sociales et vers les humanités.
Il se caractérise par de nombreuses expérimentations pédagogiques qui donnent lieu à des productions étudiantes riches et diversifiées (ateliers d’écriture, sortie terrains, ateliers vidéo, recherche action participative…). Ce carnet vise à partager ces productions diverses et à restituer les temps forts du semestre. Il vise aussi à diffuser les réflexions qui sont développées dans les cours sur les différentes thématiques de la géographie humaine.

Élaboré avec les étudiant·e·s, le carnet sera lu par les étudiant-e-s des différentes promotions du parcours GES (L2 et L3), les autres étudiant·e·s de Licence et Master à l’IUGA, et au-delà tous les étudiant·e·s intéressé·e·s par ce parcours. Il est aussi un lieu de partage pour tou·te·s les curieuses et les curieux d’expérimentations pédagogiques actives, décalées, passionnées, interdisciplinaires…