Lettre de Manon Duperret sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois”

Riz de Camargue : quid de son authenticité ?

 

    Grenoble, novembre 2018

         Chère future moi,

J’espère que tu vas bien. Si tu me lis, cela signifie que tu viens de tomber sur une de ces si nombreuses lettres écrites à moi-même et dissimulées un peu partout avec l’idée de les relire un jour quand je serai grande. Je te prie d’être indulgente, mon style n’est sûrement pas encore tout à fait au point (j’espère que tu t’es améliorée avec le temps) et peut-être que le fond contient quelques imprécisions car cette fois-ci, j’aborde un sujet sérieux. Je te rappelle le contexte (car peut-être que ta mémoire te joue des tours) – ma troisième année de géographie à l’Université me plaît beaucoup car même si les cours ne m’enchantent pas tous, je découvre enfin tout un champ de la discipline qui me stimule intellectuellement et élargit mes réflexions. Je m’adresse donc à toi en espérant que tu n’as rien perdu de la curiosité ni de l’indignation de nos vingt ans et que toujours tu continues à creuser ces sujets et à remettre en question les vérités toutes faites et les grands récits.

Cette lettre, c’est le Vietnam qui me l’inspire.

Premièrement, tu t’en doutes, car mon voyage en Asie du Sud-Est l’été dernier (en 2017, ndlr) m’a profondément marquée. Les paysages, les odeurs, le bruit, le sourire des gens et bien sûr la nourriture ont rempli mes cinq sens pendant ces trois mois, et chaque jour depuis mon retour je rêve de repartir. Il est pourtant étonnant que mon passage au Vietnam me laisse un souvenir si contrasté, issu d’un mélange d’exaltation, de découvertes passionnantes et, dans le même temps, d’un malaise inexpliqué, du sentiment de passer à côté de quelque chose. Mais de quoi ? Pendant plusieurs mois, impossible de mettre un mot sur cette sensation. C’est seulement récemment qu’un début de réponse s’est offert à moi.

La première fois c’était en septembre, lorsque maman m’a proposé (est-ce toujours un synonyme d’obliger dans sa bouche ?) de l’accompagner voir cette pièce de théâtre, Saigon, mise en scène par Caroline Guiela Nguyen, au théâtre de la Croix-Rousse. Tu me connais, l’idée de passer mon samedi soir devant une pièce de théâtre de 3h30, interprétée en français et en vietnamien ne m’enchantait pas. Et pourtant, la pièce m’a transportée. Je te rappelle brièvement l’histoire car je suppose que tu as le malheur de ne pas t’en souvenir : lorsque le rideau se lève, nous sommes devant la réplique hyper réaliste d’un restaurant vietnamien. Le décor ne changera pas trois heures durant. Ce restaurant est le théâtre d’un impressionnant voyage dans le temps (entre 1956 et 1996), et dans l’espace (entre Saigon et Paris). Les acteurs français, vietnamiens, franco-vietnamiens y défilent et nous font vivre 40 ans d’histoire entremêlée, à travers les thématiques de l’exil, de l’identité et de la séparation, du départ des Français de Saigon à la réouverture des frontières du Vietnam. La pièce se conclut sur cette jolie phrase prononcée par Marie-Antoinette, la serveuse du restaurant : « C’est ainsi que se racontent les histoires au Vietnam : avec beaucoup de larmes ». Effectivement, j’ai beaucoup pleuré en écoutant parler ces gens. Plus tard, en y repensant, j’ai été frappé par l’étendu de mon ignorance quant au passé colonial de mon pays, et par extension, à nos liens avec le Vietnam. Qu’à cela ne tienne, mon intérêt était piqué.

Continuer la lecture de « Lettre de Manon Duperret sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois” »

Lettres de Maxence Monteux sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois”

Grenoble, le 20 Novembre 2018

        Chère Maman,

Je t’écris une lettre aujourd’hui car je n’ai pas l’occasion de te voir souvent et pourtant je sais que tu t’intéresses à mes études et que tu aimes quand je t’en parle. Alors voilà, cette lettre me permet de le faire et de te parler d’un sujet que l’on a étudié en géographie culturelle. Tu verras, je suis pratiquement sûr que tu ne t’attends pas à ce que je vais te dire. Je vais te parler de la région camarguaise et du mythe qui s’est construit autour de son identité. Si je te parle de la Camargue, à quoi penses-tu ? Si tu es comme moi tu penseras probablement aux marais, à « Crin-Blanc », aux taureaux noirs, au sel et probablement au riz ? Tu as un paysage précis en tête n’est-ce pas ? Et bien c’est de la déconstruction de cette représentation dont je vais te parler. Sais-tu que notre bon riz Camarguais n’a rien d’une fierté culturelle Camarguaise ? Bon je n’en dis pas plus pour l’instant. Lis toute ma lettre et tu comprendras. Continuer la lecture de « Lettres de Maxence Monteux sur le paysage de Camargue et les travailleurs “indochinois” »