Retour sur le journée “Fac Ouverte” du 23 janvier 2020

Mobilisation face à la réforme des retraites, la LPPR et la précarité étudiante.  

Ce jeudi 23 janvier, l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine s’est mobilisé suite à une décision prise le 20 janvier en AG et a offert aux étudiant.es, enseignant.es et personnel administratif une “fac ouverte” ou “fac vivante”. La “fac ouverte” repose sur le fait que la mobilisation face à la réforme des retraites, de la Loi de programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) et de la précarité étudiante passe par l’action. Ainsi, a été décidé d’annuler les cours formels ce jour-ci et de les remplacer par des cours dits “alternatifs” et par différents ateliers. 

Rétrospectives sur cette journée de mobilisation

8h30: Discussion autour des retraites

Toutes les personnes intéressé.es étaient invité.es à suivre la discussion / débat sur  les systèmes des retraites animé par Philippe Schoeneich, enseignant à l’université. Cette discussion commence  par une courte définition des systèmes de retraite, sur leurs structures, leurs financements et les différents enjeux. Monsieur Schoeneich s’est appuyé sur différents systèmes de retraite pour développer ses propos dont le système français (actuel et proposé), le système suisse, ainsi que celui des Pays bas et des Philippines.

Par ailleurs, il nous a conseillé un film et un documentaire pour mieux comprendre certains fonctionnements liés à la retraite comme  “historique de la sécurité sociale” (INA) ainsi qu’un film : “La sociale”, qui montre la création de la sécurité sociale.

Selon lui, la retraite c’est une assurance sociale qui permet beaucoup de chose aux retraités : tout d’abord d’arrêter une activité professionnelle, de s’assurer une indépendance financière pour ne pas être à la charge de leurs descendants et d’assurer à tous un niveau de vie minimum “décent” à la retraite.

Nous avons appris que le système de retraite dépend de plusieurs facteurs comme les données démographiques, un système de financement/cotisation, sur des prestations qui repose sur un mode par répartition ou capitalisation etc.

Toutefois ce système de retraite, peu importe ou il se trouve génère d’importantes problématiques sociales comme des inégalités salariales, des inégalités liés au genre, une forte précarité de ceux ayant eut des carrières interrompues et incomplètes. 

10h30: “Interroger collectivement la dimension territoriale des problématiques sociales à partir d’un retour sur le mouvement des gilets jaunes et de nos expériences”

Monsieur Feyt a voulu interroger collectivement la dimension territoriale des problématiques sociales (et vice-versa) à partir d’un retour sur le mouvement des Gilets Jaunes et des expériences respectives des personnes présentes lors de cet échange.

Tout d’abord il nous a présenté une analyse qualitative des Gilets Jaunes réalisée par le laboratoire PACTE et qui se repose sur 1200 réponses. Plusieurs remarques sont ressorties comme le fait qu’il y ai 56% de femmes présentes dans ce mouvement, que la part des 35-65 ans représente 50% de la part de ceux engagés dans ce mouvement et que 51% des Gilets Jaunes sont des actifs en emploi. L’analyse montre aussi que 40% des participants au mouvement sont d’origine populaire. Ce sont aussi 40% d’individus souhaitant une meilleur qualité de vie (pouvoir d’achat, couverture sociale…). Il est aussi à noter que 7% des gilets jaunes réclament un système judiciaire plus équitable.

Cependant, il a été soulevé qu’il manquait une dimension territoriale importante dans cette analyse politique. Suite à cette réflexion, M. Feyt nous a montré diverses cartes sur la répartition des Gilets Jaunes en fonction de différents paramètres, comme le nombre de Gilets Jaunes par Aire urbaine et la représentation des mobilisations comparé aux grands axes de communications. 

14h: Mise en place des ateliers

Les étudiant.es et enseignant.es ont réfléchi à un slogan percutant à mettre sur la banderole de l’IUGA nous représentant en manifestation. A été choisi le slogan “Insurrection Urbaine Grève Anti-capitaliste”. Par la suite des pochoirs pour les lettres ont été confectionné et la banderole a pris forme peu à peu. En parallèle des brassards étaient à disposition pour y écrire nos convictions et nos revendications. 

Nous pouvions aussi assister à la cafétéria à la restitution d’un atelier inter-master (3 masters de l’IUGA impliqués) portant sur l’effondrement et la résilience… Les étudiant.es ont alors préparé un procès présenté à l’AURG le lendemain après-midi (24/01). 

16h: Départ pour la manifestation aux flambeaux

La journée de la fac ouverte s’est terminée à 16h avec le départ pour la manifestation aux flambeaux de 17h, au départ du quai Créqui à Grenoble. Les étudiant.es, enseignant.es et personnels administratifs mobilisés de l’IUGA sont partis ensemble de la fac pour rejoindre la manifestation.

Bilan de la journée

Cette journée fut riche en actions bien que certaines ont eu du mal à se mettre en place, que certaines n’ont pas eu lieu et que les horaires n’aient pas toujours été respectés. Toutefois, les rassemblements, les discussions et les ateliers montrent que l’IUGA est mobilisée pour faire entendre sa voix et lutte, à son échelle pour plus de justice et d’égalité sociale. Nous espérons que les prochaines journées de “fac ouverte” toucherons un public encore plus large. L’enjeu est désormais de mieux sensibiliser les publics à cette lutte réclamant plus de justice et d’équité. 

Informations sur la rétention des des élévesnotes

Dans l’après-midi, était organisée une discussion entre professeur.es sur les modalités de la rétention des notes effectuée à  l’IUGA.

En effet, la rétention des notes bloque les rouages du système éducatif. Si les notes des étudiant.es ne sont pas dévoilées, aucun jury de délibération ne peut avoir lieu. Cela  peut être pénalisant pour les étudiant.es dans la mesure où ils ne pourront pas justifier de leurs notes pour leur poursuite d’étude (universités, grandes écoles, Erasmus, etc…). 

Toutefois, il a été rappelé que les jurys des deux semestres pouvaient se tenir jusqu’au 15 juillet si chacun des jurés répond à l’appel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.