Témoignages

Thibault Potet, étudiant M1 EGALITES à l’Université Lumière Lyon 2

J’ai beaucoup apprécié l’approche pluridisciplinaire. Le fait qu’on touche à la fois à de la sociologie, de l’histoire, un peu de politique… est très enrichissant. Ça permet de voir ce qui se fait dans d’autres disciplines et ça évite qu’on se cloisonne dans la nôtre. J’ai aussi beaucoup apprécié l’équipe pédagogique, qui a toujours trouvé du temps à nous consacrer quand nous en avions besoin et qui nous a suivi pendant 2 ans. Une chose qui m’a agréablement surpris est aussi le format des cours. On a eu le droit à pleins de choses différentes, des mises en situation, du terrain, des débats, un atelier théâtre… et là aussi ça permet d’apprendre différemment par des personnes qui ne sont pas tout le temps des géographes. Une petite déception peut-être quant au fait qu’on ne peut pas tout approfondir. Dans la mesure où on est un peu « touche-à-tout », on voit souvent les bases, sans trop approfondir certains aspects.

Du coup, j’ai appris plein de trucs, mais c’est surtout au niveau méthodologique que ça a été le plus intéressant. Le fait d’avoir un cours sur un sujet donné, c’est bien, mais dans le parcours GES, j’ai surtout appris des méthodes pour approcher différents sujets et apprendre par moi-même. Donc ça peut être de la recherche documentaire, la mobilisation d’autres disciplines, apprendre à regarder les choses sous d’autres angles, apprendre à avancer des arguments, des faits, construire une réflexion… Tout ça permet de pouvoir traiter de n’importe quel sujet. Et pour moi c’est ça la force du parcours GES, c’est d’avoir toutes les clés pour pouvoir comprendre, expliquer et discuter des sujets qu’on veut. Donc bien évidemment, il y a quand même des cours sur certaines thématiques, mais à chaque fois, tout diffère dans la manière dont on approche ces sujets et comment on les traite. Tous ces cours, une fois mis bout à bout, apportent chacun quelque chose d’unique en termes de méthode.

Après la licence, j’ai envisagé deux masters, tous deux transdisciplinaires. Le premier concernait de la politique, de la géopolitique et de la géographie économique à l’échelle de l’UE ; l’autre un master sur les études sur le genre (donc plus axé sociologie, histoire, littérature) dans lequel je suis actuellement. Dans les deux cas, ce qui m’intéressait c’était l’approche transdisciplinaires et les sujets proposés.